YouTube : des prankster ont braqué un bar pour faire une blague

YouTube et les pranksters ne font pas toujours bon ménage et c’est précisément ce que prouve cette nouvelle affaire. Deux hommes ont en effet braqué un bar pour… faire une vidéo.

L’affaire remonte à samedi. Deux hommes cagoulés ont fait irruption dans le Café de Paris de Brive en Corrèze aux alentours de six heures du matin avec une arme à la main. Les lieux étaient vides à l’exception de la femme de ménage embauchée par les gérants de l’établissement.

YouTube : des prankster ont braqué un bar pour faire une blague

Les deux hommes ont foncé immédiatement vers elle et ils l’ont fermement empoignée avant de lui poser le pistolet sur la tempe.

Ils ont fait irruption dans le café, une arme à la main

Très menaçants, les deux amis ont ensuite demandé à la femme de leur remettre la caisse de l’établissement. En pure perte. Cette dernière leur a en effet expliqué ne pas avoir les clés.

Après un bref échange, les deux malfaiteurs sont repartis sans crier gare… pour revenir ensuite dix minutes plus tard, sans cagoule et sans arme.

Là, les deux hommes ont rassuré la femme de ménage en lui expliquant que la scène avait été montée de toute pièce pour les besoins d’une vidéo.

Peu convaincue par leurs explications, la femme a immédiatement appelé la police et les deux amis se sont alors enfuis une nouvelle fois. Toutefois, les enquêteurs ont rapidement pu les retrouver grâce aux caméras de surveillance installées à travers la ville.

Une simple blague pour YouTube ? Pas si sûr…

Le premier « braqueur  a été interpellé par la police quelques heures plus tard, rapidement suivi de son acolyte. Les deux hommes ont été placés en garde à vue et leur domicile a été fouillé. Sur place, la gendarmerie a trouvé le faux pistolet utilisé pour commettre le braquage.

Les facéties des deux individus n’ont visiblement pas amusé les enquêteurs en charge de l’affaire. Ces derniers les ont en effet remis en liberté sous contrôle judiciaire après les avoir mis en examen. Les pranksters devront ainsi se présenter devant le tribunal de la ville à la fin du mois de janvier pour répondre de leurs actes. Pour le moment, les policiers n’ont pas réussi à mettre la main sur la vidéo du faux braquage.

Blague ou pas, ils s’exposent bien évidemment à de lourdes peines compte tenu de la gravité de la situation.