Veeam se rend compte que Red Hat existe

Veeam se rend compte que Red Hat existe
Notez l'article

Alors que l’éditeur open source ne faisait pas partie des priorités de Veeam, l’édition annuelle de VeeamOn a marqué un tournant. Le succès de Kubernetes – et de son équivalent OpenShift chez Red Hat – n’est sans doute pas pour rien dans ce nouvel intérêt.

L’édition 2021 de l’événement VeeamOn, qui a eu lieu fin mai, a vu Kubernetes comme l’épine dorsale d’un fournisseur de conservation. La prise en charge de Kubernetes a été encore plus facile car Veeam a obtenu Kasten la dernière fois. Lire aussi : Le PDG de l’Inde n’est pas dans la technologie : Anand Eswaran est devenu PDG d’une entreprise informatique. dit Veeam en regardant attentivement Red Hat. Les machines virtuelles Red Hat, basées sur KVM, seront mieux supportées : « les sauvegardes avec Kasten 10 seront plus faciles », assure Danny Allan, CTO de Veeam.

Encore une fois, « nous ajoutons un quatrième hyperviseur, la virtualisation Red Hat, (RHV), une variante de KVM », annonce Cee Veeam. Le succès de l’OpenShift n’est certainement pas étranger, car Red Hat Open Shift est la raison pour laquelle Veeam travaille en étroite collaboration avec Red Hat, Kubernetes étant à la fois basé sur l’année et sur site. Michael Cade, Senior Global Technologist, Veeam le dit sans ambages : « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Red Hat pour changer et accélérer la reprise de KVM. Nous continuerons sur cette voie ».

Mais évidemment les tendances actuelles vous rebutent, que ce soit Kubernetes ou d’autres technologies, même si OpenShift a une sérieuse avance : « RHV n’existe pas encore, mais il aura moins d’un an. Nous travaillons sur différents types de KVM. , que ce soit Red Hat ou Nutanix. Notre approche est agnostique. Kasten Le K10 est uniquement pour Kubernetes. Nous ne nous soucions pas de savoir si Kubernetes fonctionne dans le domaine public, à la place, s’il s’agit d’OpenShift », insiste Cade.

Jongler avec les différentes versions de KVM

Après tout, l’association avec Red Hat était prévue depuis longtemps. L’idée est d’intégrer les systèmes de sauvegarde Veeam directement dans le noyau Linux. La première version bêta de cet article est prévue pour cet été. « Notre objectif est d’intégrer Veeam Backup for Cloud Platform à l’anti-Kubernetes Kasten K10 », explique Michael Cade.

Visiblement, l’intérêt de Veeam ne s’est pas concrétisé : OpenShift, d’autant plus qu’IBM a racheté Red Hat, fait désormais une brèche, bien plus que Kubernetes. Les opérateurs télécoms, notamment, comme Red Hat. Mais le transport reste important. Pour cela, les constructeurs doivent travailler avec différentes technologies d’équipements : « et il faut bien admettre que ce n’est pas facile », admet Michael Cade.

Les versions KVM utilisées par Nutanix et Red Hat sont vraiment uniques. La plate-forme centralisée de Red Hat devrait résoudre ces types de problèmes.

Pour approfondir sur Backup et protection de données

Sauvegarde : Veeam 11 devient une plateforme de données globale
Red Hat ne sait pas encore où il va
Sauvegarde : les 5 clés pour protéger un environnement Kubernetes
Sauvegarde : Veeam lance la version 11 de Backup & Replication

Comment sécuriser un datacenter
Sur le même sujet :
Comment sécuriser son infrastructure informatique ? 12 conseils pour protéger votre système…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.