Il y a de gigantesques vagues de sable sur Mars

Dans les déserts terrestres, on peut retrouver des vagues de sable impressionnantes, également connues sous le nom de mégaondulations. Il s’avère que ce n’est pas un phénomène isolé et qu’il se produit également la même chose sur Mars. Toutefois, à la différence des mégaondulations terrestres, les vagues de sable sur la Planète Rouge ne se déplacent pas. En tout cas, c’est ce que les scientifiques ont longtemps pensé.

Grâce aux images enregistrées par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), les chercheurs ont découvert que ces vagues de sable martiennes étaient aussi en mouvement. Cela prouve que les vents qui soufflent sur Mars ne sont pas aussi faibles que les scientifiques le pensaient auparavant.

Crédits Pixabay

Les vagues de sable sur Mars se déplaceraient toutefois plus lentement que les mégaondulations terrestres.

Vers une révision des modèles atmosphériques martiens ?

À la différence des dunes, les mégaondulations sont composées de grains de sable de tailles différentes. Les scientifiques ont toujours pensé que ces vagues de sable étaient immobiles sur Mars, car le vent qui y soufflait était trop faible pour soulever les gros grains de sable.

« Des grains plus gros et plus lourds recouvrent les crêtes des mégaondulations, ce qui complique le déplacement de ces éléments par le vent  a expliqué Simone Silvestro, planétologue à l’Institut national italien d’astrophysique de Naples.

Toutefois, cette hypothèse a été faussée par les images capturées par la sonde MRO. D’après les chercheurs, cette découverte risque d’entraîner une révision des modèles atmosphériques martiens.

À lire aussi :Curiosity a passé son week-end à photographier une pierre étrange sur Mars

Des mégaondulations qui progressent très lentement

Les chercheurs ont été étonnés de la lenteur extrême de la progression de ces mégaondulations.

« Il est assez stupéfiant que nous soyons en mesure de détecter ces changements sur Mars. Nous pouvons maintenant mesurer des processus à la surface d’une autre planète à peine plus rapides que la pousse de nos cheveux , a déclaré Ralph Lorenz, planétologue du laboratoire de physique appliquée de l’université John Hopkins.

Pour étudier les mouvements de ces vagues de sable, les chercheurs ont observé deux sites se trouvant à proximité de l’équateur de Mars. Ils ont répertorié environ 1100 mégaondulations dans le cratère McLaughlin et 300 à Nili Fossae. Des timelapses de ces deux sites ont permis aux scientifiques de conclure que les mégaondulations progressaient d’environ 10 cm par an. Les chercheurs ont comparé ce résultat à la vitesse de progression des vagues de sable dans le désert de Lout, en Iran.

Cette étude a fait l’objet d’une publication dans la revue « Journal of Geophysical Research : Planets. 

À lire aussi :Venez survoler le cratère Korolev de Mars