En pleine mise en oeuvre de sa transformation, Sentara Healthcare, organisation âgée de 125 ans, est en train de créer des équipes DevOps et de migrer une plus grande partie de son infrastructure vers le cloud. Mais cette modernisation n'a pas été facile: « Nous avons les cicatrices, les coupures et les ecchymoses qui le prouvent , déclare Michael J. Reagin, qui admet quelques erreurs de parcours. Ce n'est pas surprenant, d'après les DSI, consultants et chercheurs que nous avons interrogés. Après tout, la transformation numérique est extrêmement difficile, les études du cabinet McKinsey & Co indiquant que moins de 30% des initiatives de transformation aboutissent correctement. Les experts énumèrent diverses raisons du taux élevé d'échecs, mais l'un des principaux contributeurs est l'informatique elle-même. En effet, les dirigeants, les analystes et les conseillers d'entreprise citent régulièrement la dette technique héritée parmi les plus gros Thomas Klinectobstacles auxquels les entreprises sont confrontées lorsqu'elles tentent de se transformer en une entreprise numérique.

Voici les erreurs les plus courantes en matière de modernisation informatique, selon des dirigeants et des experts en transformation.

1 - Manque de visibilité sur l'informatique existante

La principale raison pour laquelle les efforts de modernisation ont échoué est que le service informatique ne connaît pas toute la dimension de ce qui est en place, explique Thomas Klinect. Le résultat final ? Les équipes techniques jouent au hamster dans sa roue.

« Ils vont commencer le projet et trois ou quatre ans plus tard, ils n'ont pas bougé d'un pouce , a déclaré Thomas Klinect, ajoutant qu'il avait vu le DSI investir des dizaines de millions de dollars dans des évolutions techniques répétées sans faire de réels progrès fonctionnels. Thomas Klinect explique que les architectures informatiques sont devenues si complexes qu'elles ne peuvent pas être comprises sans l'utilisation d'un logiciel d'analyse de complexité de l'entreprise (ECA) pour le résoudre.

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur CIO.