10 000 respirateurs artificiels seront fabriqués en France en 7 semaines

Air Liquide Activités Santé Monde s’associe au constructeur automobile PSA, le spécialiste des composants électriques Schneider Electric et l’équipementier Valeo pour mener une lutte sans merci contre la pandémie du coronavirus. Suite à une sollicitation émise par le gouvernement le 22 mars 2020, le consortium d’industriels français s’est engagé à produire 10 000 respirateurs de réanimation dans les 50 jours qui viennent rapporte France Info

Un plan d’action pour la production a été mis en place par un groupe de travail constitué d’une trentaine d’experts en achat et industrialisation. Après avoir reçu l’approbation du gouvernement le 27 mars 2020, les quatre entreprises se sont réunies dans le but de fournir un respirateur artificiel à chaque patient qui en a besoin. Cette initiative est indispensable dans un pays comme la France où 52 128 personnes sont infectées par le COVID-19.

10 000 respirateurs artificiels seront fabriqués en France en 7 semaines

Un consortium d’industriels français se lance dans la fabrication de respirateurs de réanimation. Crédits : Pixabay

Les appareils produits seront mis à disposition des équipes soignantes dans les services de réanimation des hôpitaux en France.

Les ressources humaines

Si l’on en croit la vice-présidente d’Air Liquide, Diana Schillag, 240 opérateurs supplémentaires rejoindront les équipes qui travaillent déjà sur le projet. 55 d’entre eux travaillent sur le site de PSA à Poissy pour effectuer le pré-assemblage du bloc mécanique.

Les 185 qui restent œuvrent chez Air Liquide. La firme va ajouter trois lignes de production supplémentaires dans ses ateliers à Antony. Pour atteindre la cadence de production de  1000 respirateurs par semaine d’ici mi-avril, les ouvriers sont mobilisés sans interruption du lundi au samedi.

Le grand défi

Malgré l’aide considérable que PSA, Schneider Electric et Valeo vont fournir, l’enjeu reste énorme pour Air Liquide. En temps normal, la société fabrique une centaine de respirateurs de réanimation en un mois. En mi-mars, elle a reçu une première commande de 1000 respirateurs dont les deux tiers seront livrés avant la fin du mois d’avril.

Il va sans dire que la nouvelle demande du gouvernement va centupler cette capacité de production.

Le consortium va devoir travailler dur pour atteindre l’objectif quantitatif fixé tout en respectant la qualité requise pour les produits. Il va veiller à ce que les 300 composants d’un respirateur artificiel, approvisionnés par plus de 100 fournisseurs français et européens, soient sécurisés. D’autres entreprises rejoindront le consortium selon les besoins complémentaires du projet.